Ces mots qui me blessent. Céline Musmeaux

Le deuxième trimestre a commencé. Cassandra n’en peut plus d’aller en cours. Entre les profs et ses camarades de classe, c’est l’enfer.

Personne ne comprend ses difficultés scolaires. Pire, ils la méprisent sans cesse pour lui rappeler qu’elle est dyslexique.

Parfois, c’est trop dur d’encaisser tout cela. Alors, au moment où elle craque, c’est le toit qu’elle choisit comme refuge.

Cependant, ce lieu semble être déjà l’endroit favori d’Enzo, un garçon en terminale comme elle. Celui-ci n’a pas la réputation d’être un élève assidu. Au contraire, il fait partie des parias comme Cassandra.

Pourtant, lorsqu’il pense qu’elle est au bord du suicide, il intervient pour la « sauver » puis il la prend sous son aile, lui offrant ainsi un peu de compassion.

Que peut-il naître d’une telle rencontre ?

Date de sortie : 15/03/2017

Editions : 

Prix : 5e99 en numérique

Les mots détiennent le pouvoir de nous détruire. On oublie trop facilement qu’une parole en l’air peut blesser la personne à qui l’on s’adresse. Il est si facile de s’emporter sous l’effet de la colère sans vraiment en mesurer les conséquences. Avec Ces mots qui me blessent, Céline Musmeaux met en avant la difficulté engendrée par la violence de propos tenu à l’encontre de deux personnes particulièrement fragiles.

Cassandra est arrivé à son point de rupture. Continuellement harcelée, rabaissée, jugée, elle ne supporte plus sa vie et n’envisage aucun avenir. La méchanceté gratuite venant de ses professeurs et des autres élèves lui laisse penser qu’elle n’est qu’une moins que rien. Aucun de ses camarades ne cherche à comprendre les raisons de ses difficultés. Cassandra vit sa dyslexie comme un véritable handicap qui pourrit son quotidien.

Enzo à la réputation d’être un délinquant, un junkie. Pourtant, loin de l’image qu’il reflète, Enzo est avant tout un jeune homme attentionné et protecteur. Son environnement familial loin d’être idéal, on peut dire que le jeune homme en a bavé et qu’il se bat pour survivre dans cette ambiance malsaine. Ce qui est vraiment touchant chez ce personnage c’est que victime des ragots que les autres colportent à son sujet personne ne le connaît vraiment. Il s’est construit seul et c’est ce besoin d’amour qui ressort énormément de sa personnalité.

Céline Musmeaux a construit un récit sombre sur la manière dont on interprète les choses et à quel point on peut en souffrir. J’ai trouvé dans ce texte beaucoup de douleur, beaucoup de méprises, énormément de non-dits, mais également beaucoup d’espoir et le sentiment d’un combat acharné pour la vie.

La relation entre Cassandra et Enzo subira beaucoup de fluctuation et pourtant c’est ensemble qu’ili se construisent un avenir. Le lien unique qui se tisse entre eux va les pousser dans leurs retranchements. C’est grâce à cette connexion intense qu’ils vont faire de leur faiblesse une force. J’ai vraiment aimé ce côté fusionnel qui se met en place et qui fait ressortir le plus mauvais, mais également le meilleur d’eux même. Il y aura des erreurs commises, des jugements émis, mais jamais dans le but de blesser l’autre.

La musique va beaucoup contribuer à les sortir de leur situation. L’ensemble du récit est rythmé par des textes forts en émotion, lourds de sens. À travers cette passion commune, ils se libèrent de leur chaîne, apprenant à communiquer et à extérioriser leurs peurs. J’aime la façon dont l’auteure a introduit ce fil conducteur dans leur vie, comme une bouée de sauvetage à laquelle se raccrocher.

La relation entre Cassandra et Enzo pourrait se résumer par : Rien n’est dû au hasard. Parfois les mots dépassent la pensée, il n’en reste pas moins que la souffrance diffère d’un individu à l’autre et qu’il est impossible de la mesurer. Ce couple voué à l’échec nous prouve que la vie vaut la peine d’être vécue tout en apportant une jolie morale à l’histoire.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

3 réponses à Ces mots qui me blessent. Céline Musmeaux

  1. Je ne connaissais pas ce titre et maintenant, j’ai vraiment envie de le lire 🙂 il a l’air très intéressant et ta chronique a l’air de bien lui rendre hommage. J’aime bien l’idée de départ, des mots qui blessent, on sent le harcèlement scolaire derrière, même si les profs ont l’air d’en faire aussi partie. Il va falloir que je me le procure 😉

    • Exactement, l’histoire est sombre mais malheureusement met en lumière ce qui arrive dans nos établissements scolaires. Je pense que tu l’apprécieras beaucoup 😉

      • Merci de ta réponse 🙂 il va falloir que je me le prennes alors, même si le sujet est assez sombre. J’avoue que je trouve hyper important de parler de ces sujets, en espérant que cela finira par faire prendre conscience aux autres à quel point ils peuvent détruire… On a le droit de rêver….

Laisser un commentaire