Kitsune, l’esprit Renard. Eva Justine

Un cœur rebelle et malicieux !

Japon, 1868. Fille de bonne famille, Sumiko Ōmuraji a toujours éprouvé plus d’intérêt pour ses leçons d’équitation secrètes que pour la cérémonie du thé. Lorsque le prétendant de sa sœur aînée est reçu au sein de la demeure familiale pour leur première rencontre, ce jeune seigneur se prend de passion pour Sumiko. Résolue à ne pas entraver le bonheur de sa chère sœur, la cadette ne voit qu’une solution : s’enfuir.

Tout juste entré au service du seigneur Ōmuraji, Tanaka se voit confier la mission de retrouver sa fille. Le samouraï n’est pas au bout de ses surprises. Tel un kitsune, ce renard de légende que l’on dit capable de prendre forme humaine pour séduire les hommes, la belle et malicieuse Sumiko pourrait bien être le plus redoutable des adversaires qu’il ait jamais affrontés. Mais Tanaka n’est pas le seul à partir à la recherche de la jeune femme, car dans la nuit, un autre cavalier s’élance à son tour…

Date de sortie : 21/12/2018

Editions : 

Prix : 20e en broché et 5e99 en numérique

 

 Voilà une chose qu’elle détestait chez les guerriers. Ils préféraient le combat à la discussion. Même si son père affirmait que le silence était plus profitable que l’abondance de paroles, Sumiko trouvait qu’une conversation était souvent source de savoir et de réflexion.

 

Après avoir découvert Otoko Geisha d’Éva Justine, j’avais envie de prolonger le plaisir et de débuter Kitsune, l’esprit Renard. Si ma lecture fut différente du premier opus, j’ai passé un tout aussi bon moment au contact de Sumiko et de son esprit impétueux.

Si j’avais apprécié la douceur et la tendresse du tome précédent, cette fois-ci j’ai vraiment aimé me plonger plus intensément dans ce monde de tradition et de légende. Au cœur de l’Ère Meiji et des bouleversements apportés par le nouveau régime, j’ai eu l’impression de prendre part à une histoire mythique presque mystique.

J’ai beaucoup aimé la situation dans laquelle l’autrice plonge ses personnages. En effet, tous les événements découlent d’une seule malheureuse rencontre et entraînent ses héros sur la pente dangereuse de la jalousie et de l’envie. De ce fait, j’ai été particulièrement touchée par le destin de certains d’entre eux. Il m’a été dur de lire jusqu’où le désir de l’autre peut nous mener et en même temps il m’a été difficile de m’arrêter et de ne pas savoir dans quelle direction ils se dirigeaient.

Ce texte possède bon nombre de points positifs à commencer par son héroïne principale : Sumiko. Cette jeune femme détonne au milieu de sa famille, mais également du pays de cette époque. Son rêve d’indépendance et son entêtement jurent avec la docilité des femmes de son temps et de son rang. Il m’a été très agréable de la voir évoluer surtout en constatant à quel point elle est rusée et vive d’esprit. Une tâche bien ardue pour son protecteur qui aura bien du mal à garder son sang-froid.

Si je devais résumer ce livre en quelques mots pour vous donner envie de vous y plonger à votre tour, je vous dirais simplement qu’ouvrir la première page de Kitsune, l’esprit Renard, c’est ouvrir une parenthèse hors du temps. Il y a une certaine poésie à parcourir ces lignes et une beauté émouvante à prendre part à cette histoire d’un autre âge.

Ici s’achève donc mon immersion dans ce Japon du XIXe siècle, du moins pour le moment, car il n’est pas dit que les personnages aient rendu leur dernier mot. Je suis absolument ravie d’avoir pu lire ces ouvrages et faire enfin la connaissance de leur autrice. Je vais d’ailleurs m’empresser de me procurer d’autres de ses romans et ainsi la découvrir dans d’autres genres.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Kitsune, l’esprit Renard. Eva Justine

  1. AvatarEva Justine dit :

    Je suis contente que tu aies apprécié ton voyage au pays de l’est levant ^^ il est fort probable que j’écrive l’histoire de la maman d’Akina (je devrais la commencer cet automne). Bon voyage à tous ceux qui seront tentés d’un retour dans le passé pour découvrir mes héros et en apprendre plus sur ce Japon que j’aime tant.

Laisser un commentaire