Aromatic (love) Story, Tome 1. Haruka Ono

2 hommes, 1 femme, ZERO possibilité ! Après Perfect World et GAME, entre nos corps, les Éditions Akata continue d’explorer le vaste éditorial du shôjo manga adulte, avec un titre qui prend à contrepied le genre “romance” ! Avec son personnage féminin indépendant, son triangle non-amoureux, et son humour, Aromantic (Love) Story pourrait s’imposer comme un must-have féministe.

Futaba Kiryû, 32 ans, est autrice de mangas. Ce qu’elle adore par-dessus tout, c’est dessiner des shônen bien sociaux ! Le problème, c’est que ce genre ne marche plus du tout… Du coup, pour essayer de vraiment lancer sa carrière, son éditeur lui propose (impose ?) de s’essayer à un autre genre de shônen : le harem manga ! Gros hic : elle déteste ça, et surtout… elle ne s’intéresse pas du tout à l’amour. Bien malgré elle et agacée par l’injonction sociale qui impose aux femmes d’être forcément amoureuses, elle entame l’écriture d’un shônen manga romantique. Contre toute attente, le succès est immédiat, et la voilà condamnée à continuer de dessiner une série à laquelle, elle-même, elle ne comprend rien… Pour ne rien arranger, elle se retrouve très vite prise entre deux feux : d’un côté, la touchante vénération d’un assistant de douze ans son cadet, de l’autre, la séduction flamboyante d’un scénariste d’anime quadragénaire. Une situation cauchemardesque pour cette célibataire endurcie…

Date de sortie : 16/05/2018

Editions : 

Prix : 6e99 en broché et 4e99 en numérique

 

 Qui a dit que les femmes aimaient forcément l’amour ?! C’est un délire de mâle dominant, oui !!!

 

Le titre de ce manga était suffisant pour me donner envie de m’y intéresser. Moi qui achète souvent des livres sans lire le résumé, je n’ai pas été déçue d’avoir suivi mon instinct. Oui, d’accord : mon instinct mais aussi l’avis de plusieurs blogueuses que je suis et qui ont les mêmes goûts que moi en matière de manga. Mais c’était plus accrocheur de parler de mon instinct…

Sur la quatrième de couverture que j’ai découverte après coup, on peut lire comme thèmes abordés : Comédie / Asexualité / Féminisme. Si j’y avais jeté un coup d’œil avant, ça m’aurait confortée dans mon choix.

Futuba, dite Fufu, est une mangaka de 32 ans pour qui le sentiment amoureux n’est qu’une légende qu’elle n’a jamais expérimentée et qui ne l’intéresse tout simplement pas. Pourtant, elle écrit le manga le plus populaire du moment, adapté en animé, et qui lui, bien sûr, est une romance.

J’ai tout de suite été touchée par la véhémence des convictions de cette héroïne qui force immédiatement le respect. Elle est authentique et avoue sans honte n’être absolument pas concernée par ces histoires d’amour qui lui passent largement au-dessus. Elle affirme ses choix, les défend avec des arguments bien solides et le tout donne un manga atypique qui sort des sentiers battus et qui soulève des problématiques actuelles importantes.

En plus de l’asexualité, on y parle transgenre, entre autre, et engagement dans la société qui impose ses codes parfois de façon oppressante.

On découvre également un point de vue particulièrement intéressant sur les contraintes imposées aux auteurs. Fufu aimerait pouvoir affirmer ses valeurs dans ses mangas, mais ça ne se vend pas assez, alors on lui demande d’écrire ce qui cartonne. C’est malheureusement le système éditorial de façon générale qui est représenté là et ça pousse à réfléchir.

J’ai beaucoup aimé les pensées de l’héroïne qui tournent souvent au scénario catastrophe. Sa tendance à paniquer est hilarante et ajoute une touche de légèreté à un manga qui pourrait sinon être un peu lourd de part les thèmes abordés. Mais non, tout ce goupille parfaitement !

Si vous vous sentez concernés d’une façon ou d’une autre par le sujet traité, foncez, c’est une petite pépite, un ovni dont j’ai hâte de me procurer le tome 2 !

#F

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire