Hades Hangmen #5 : La loi du silence. Tillie Cole

Même les êtres les plus brisés peuvent trouver le bonheur grâce à l’amour…
Sergent du gang des Hades Hangmen, Xavier AK Deyes est hanté par ses démons. Lorsque l’occasion se présente de racheter ses erreurs passées, le jeune homme est déterminé. Il se porte volontaire pour accomplir une mission délicate : infiltrer un groupe de trafiquants afin de sauver Phebe des griffes du mystérieux Meister. AK reconnaît immédiatement en cette jeune femme qui n’a connu que souffrance depuis son enfance dans une secte sordide, une âme sœur en quête de rédemption. Ensemble, ils pourront enfin affronter les fantômes du passé et peut-être trouver l’amour…

Date de sortie : 19/09/2018

Editions : 

Prix : 14e90 en broché et 5e99 en numérique

 

 Merde, elle me regardait d’une telle façon, elle suppliait, elle implorait…Cette meuf me demandait d’abréger ses souffrances.

 

Je suis frustrée, en colère et j’ai même envie de crier devant mon écran pour évacuer tout cela une bonne foi pour toute. Non, mais vraiment, parce que je suis une addict de l’auteure depuis ses débuts en France, parce qu’elle a su toute de suite me happer par ses histoires hors du commun, bien que dures, mais toujours heureuses… Et là, je me retrouve avec ce sentiment de vide, cette lassitude qui fait que je n’arrive plus à me projeter dans son monde et à dire vrai je me suis ennuyée durant les trois quarts de ce livre.

Comment l’expliquer ? Et bien tout d’abord, je pense que le récit semblable à ses prédécesseurs y est pour beaucoup. En effet, j’avais déjà eu ce ressenti sur la saga les Ecorchés et force est de constater que si Tillie Cole a de bonnes idées elle puise inlassablement dedans et suit le même schéma tout au long d’une série. J’ai pourtant beaucoup aimé les premiers chapitres qui se voulaient différents et prometteurs. Meister semblait être un adversaire à la hauteur des HH et il me tardait de savoir ce qu’il complotait et surtout de le voir affronter les bikers avec férocité et machiavélisme.

Bien mal m’en a pris puisque qu’après un démarrage en trombe comme sait si bien le faire l’auteure, j’ai fait face à bon nombre de chapitres plats, avec certes des sujets importants, mais qui tournent en boucle au point de se répéter indubitablement. Arrive ensuite le dernier rebondissement similaire à tous les tomes et le feu d’artifices habituels qui s’en suis. Je suis profondément déçue par le déroulement de ces derniers événements, car je m’attendais à bien plus de difficultés.

Là vous vous dites : ok, elle n’a rien aimé du tout et elle s’acharne. Et bien d’un côté, je ne peux cacher ma frustration en finissant ce roman, mais de l’autre, je suis aussi capable de vous donner des points positifs, car j’ai été véritablement touchée par le vécu de AK. Alors vous me direz : Mais Phebe elle a dégusté aussi. Et je vous répondrai que oui c’est horrible, mais que depuis le début des Hades Hangmen, nous sommes habitués à ce genre de situation alors que le passé de Ak est tout aussi dévastateur et m’a intensément marquée. Autre bon point, à mes yeux, les chapitres qui laissent la voix à Flamme et offrent un aperçu des changements qui s’opèrent en lui au contact de Cendre. Et enfin dernier aspect sympa — mais qui aurait pu être approfondi — la présence de Rider. Je ne vous en dis pas plus le concernant et vous laisse découvrir ce qu’il se passe.

Bref, La loi du silence est sûrement le tome qui signera la fin de ma lecture de cette saga. Je ne veux pas continuer sur ma lancée sachant que le fond restera toujours plus ou moins le même. Ma lecture s’est faite en dent de scie et m’a fait sortir de mes gonds. Cet avis sera sûrement très en contraste avec les autres, mais je ne peux cacher ma désillusion et vous livrer une chronique plus enjouée.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire