Dark Skies. F.V Estyer

 

Une vie monotone. Un pavillon de banlieue. Une fiancée aimante. Matthew s’en contente parfaitement, sans rechigner. Taisant sa vraie nature. Ses réels désirs.

Une rencontre fortuite. Un embrasement des sens.

La vie de Matthew bascule.

Et si le jour, il reste ce chic type sans histoire, lorsque vient la nuit, ses démons prennent le pouvoir.

Il ne lutte plus. Se laisse sombrer. Avec délice. Avec audace. Jusqu’à se perdre.

/!\ Ce roman contient de nombreuses scènes explicites de sexe entre hommes.

Date de sortie : 22/10/2017

Editions : Auto-édité

Prix : 3e50 en numérique

 

 À peine cette pensée m’a-t-elle traversé l’esprit que je me stoppe net en plein milieu de l’escalier. Les yeux écarquillés, je commence seulement à comprendre ce à quoi je viens de songer. Un ricanement s’échappe de mes lèvres. Bordel, je suis vraiment atteint. Est-ce tout ce qui m’importe réellement ? Ma vie est-elle devenue si merdique que j’attends avec autant d’impatience ma prochaine visite dans mon royaume de perdition ?

 

Je n’ai jamais lu une histoire pareille ! Voici mon ressenti à chaud sur cette lecture grisante et bouleversante au possible. F. V Estyer nous offre un texte vivant, vibrant, bourré d’émotions contradictoires qui se ressentent dans chacune de ses pages. Cependant, attention, Dark Skies est un livre qui regorge de scènes explicites et explore les fantasmes les plus secrets de son héros. Il n’est donc pas à mettre entre toutes les mains. Toutefois si vous avez l’esprit ouvert, que vous avez envie de prendre part à la prise de conscience d’un homme au bord gouffre, n’hésitez plus et laissez-vous entraîner dans sa chute.

Ce qui m’a tout d’abord interpellé ce sont les peurs et les doutes qui assaillent Matthew. Tout au long de sa narration, on découvre l’ampleur de ses tourments, les dégâts qu’engendre cette bataille intérieure quotidienne. Cet homme est pris entre deux mondes tiraillés par ses envies inassouvies et ce qu’il a construit jusqu’ici. Il utilise un journal de bord pour tenter d’y voir plus clair, pour mettre des mots sur ses pensées et ses états d’âme espérant ainsi faire le tri dans sa vie. Mais ces pages sont surtout le reflet de son mal-être face à la situation et nous permettent à nous en tant que lecteur d’en mesurer la gravité. Matthew m’a terriblement touchée dans sa perdition. J’ai souffert pour lui et me suis relevée à ses côtés. Son récit est terriblement poignant.

Ses premières incursions au Dark Skies vont l’initier à un univers dont il refusait d’entendre parler. Les provocations de Trent, bouc émissaire idéal de sa déchéance, l’exploration de sa sexualité sous les assauts de son amant de l’ombre vont considérablement ébranler ses certitudes. Est-il vraiment celui qui se laisse aller derrière les murs de ce lieu de débauche ? Peut-il continuer à vivre de la sorte ? Le risque en vaut-il la chandelle ?

Comme je vous le disais quelques lignes plus haut, ce roman met en scène les désirs inavoués de Matthew. Il recèle d’ébats passionnés, enflammés voir carrément bestiaux. Il décuple les sens, prolonge indéfiniment le plaisir, accroît la jouissance au-delà du supportable. Sans jamais devenir vulgaire, l’auteure retranscrit à merveille les rapports entre ses personnages. Je pouvais entendre chaque halètement, chaque claquement de peau, chaque cri. L’érotisme qui se dégage de ce livre est tout simplement époustouflant.

Dark Skies est une histoire incroyable ! Jamais je n’aurai pu imaginer un texte de ce genre. Je ne m’attendais pas à cette profondeur, à cette intensité, à la facilité avec laquelle je me suis laissée emporter. Je me suis délectée de chaque instant, appréciant la complexité de ce personnage qui cherche à comprendre sa véritable nature et à se défaire de l’image qu’il s’est construite. Ce roman est celui de l’acceptation, de la compréhension et du renouveau.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à Dark Skies. F.V Estyer

  1. Louve alpha dit :

    Non d’une cacahuète, là Aurélia tu m’as convaincue avec cette très belle chronique, je l’ajoute à ma très longue PAL

Laisser un commentaire