Le club des tricoteuses anonymes, Tome 2 : Simplement amis (malgré affinités). Penny Reid

 

Il y a trois choses que vous devez savoir sur Elisabeth Finney :

1) elle souffre d’un syndrome sévère du sarcasme, surtout lorsqu’elle est troublée,

2) personne ne la trouble autant que Nico Manganiello,

3) et elle sait tricoter.

Elisabeth Finney a presque toujours raison sur tout : l’intérêt musical des Boys Bands est sous-évalué par la société, les « Et plus si affinités » avec les Ken humains sont bien mieux sans attaches et elle a déjà manqué sa seule et unique chance de trouver le Grand Amour. Mais lorsque les plans d’Elisabeth de profiter des « Et plus si affinités » sans s’embarrasser d’attaches sont déjoués par l’incroyablement irritant, charismatique et macho Nico Manganiello – son ancienne Némésis – elle se retrouve à lutter pour maintenir la barrière électrique autour de son cœur tout en cherchant à éviter l’électrocution ou pire, le coup de foudre.

Date de sortie : 23/08/2017

Editions : 

Prix : 5e99 en numérique

 

 Les Italiens qui parlent italien devraient être interdit, ou du moins devraient être accompagnés d’un avertissement : susceptible de faire exploser votre culotte.

 

Second tome du club des tricoteuses anonymes, Simplement amis (malgré affinités) est une romance sur fond d’amour d’enfance et de sentiments refoulés.

N’ayant pas lu le premier opus, je ne savais pas trop à quoi m’attendre en ouvrant ce livre. Je ne connaissais d’ailleurs l’auteure que de nom et je dois dire que j’ai beaucoup aimé son écriture. Malgré quelques longueurs à mon goût, le récit est bien mené et l’histoire reste sympathique.

Concrètement, que pouvez-vous en attendre ? Et bien de la nostalgie tout d’abord, car Elizabeth et Niccolo sont loin d’être des inconnus. Entre Finney le Squelette et Nico le don Juan, le passé est bien compliqué. Alors lorsque la maladie les réunit, leurs retrouvailles font forcément des étincelles ce qui donne le gros point fort de ce roman. En effet, leurs joutes verbales et leurs répliques sarcastiques ramènent les deux jeunes gens à une époque révolue, celle d’avant le drame, celle où les émotions n’avaient aucun contrôle. Leur relation est toujours profondément ancrée dans leur mémoire et reprend vie sous nos yeux grâce à leurs souvenirs communs. La narration d’Elizabeth se gorge alors de frustration, de douleur cherchant sans cesse la confrontation dans la provocation. Il vous faudra quelques chapitres avant de bien prendre la mesure de leurs remords et comprendre à quel point leur vécu se dresse entre eux tel un obstacle infranchissable.

J’ai apprécié beaucoup de choses dans ce livre. Tout d’abord les personnages en eux-mêmes, leur fragilité, leurs caractères bien trempés, mais également l’alchimie qui se dégage de leur duo. J’ai aimé la folie d’Elizabeth faite de complinsulte (mot sorti tout droit de son propre dictionnaire), de soirée culottes, d’analogie sur Star Trek et de Boys Band en fond sonore. Je me suis trouvé pas mal de point commun avec la jeune femme ce qui m’a permis de la comprendre dans les bons comme les mauvais moments. De plus, j’ai adoré l’ambiance familiale qui ressort de cette histoire. Entre la famille Manganiello et le club des tricoteuses, notre couple est entouré d’une armada de gens prêts à tout pour le bonheur des leurs. J’ai trouvé ça vraiment formidable ! Dernier point fort : la petite pointe de frayeur que Penny Reid a insérée dans leur relation. De par le métier de Nico, elle a trouvé une façon réaliste de réveiller les vieux démons de son héroïne, le tout sur fond de peur bleue et de doutes.

Malgré tous ses atouts, il m’a manqué un petit quelque chose pour vraiment accrocher à cette romance. L’entêtement d’Elizabeth est parfois lourd à la lecture. Il est un peu compliqué de toujours interpréter ses réactions. J’ai souvent eu envie de la secouer pour la sortir de son raisonnement erroné.

Simplement amis (malgré affinités) est un livre qui a pour but d’apprendre de ses erreurs et de ne pas les réitérer. L’histoire est agréable sans être captivante. Elle se base exclusivement sur les liens qui unissent depuis toujours ce couple attachant. Entre chamaillerie et pic bien senti, qui aime bien châtie bien n’aura jamais aussi bien correspondu à un livre.

Le prochain tome portera sur l’impétueuse Sandra. Aucune date n’est encore communiquée, mais nul doute que la jeune femme nous réserve de sacrées surprises.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire