Sweet Home, Tome 1 : Sweet Home. Tillie Cole

Molly, brillante étudiante d’Oxford, n’a plus grand-chose à espérer de sa vie en Angleterre quand elle s’envole pour l’Alabama. Le dépaysement est total, et elle a tout à apprendre de cette nouvelle vie qui s’offre à elle. Tout est si différent ici – plus lumineux, plus vivant. L’étudiante découvre la passion des Américains pour le football et succombe au charme de Roméo, quaterback au corps d’Apollon, mascotte de l’université. Cette rencontre inattendue entre deux êtres que tout oppose va changer sa vie à jamais. Mais ces Roméo et Juliette de temps modernes parviendront-ils à surmonter les obstacles qui se dressent entre eux ?

Date de sortie : 16/06/2017

Editions : 

Prix : 16e90 en broché et 9e99 en numérique

  Il se rapproche de moi presque malgré lui…J’ai l’impression de l’attirer comme une planète attire un satellite. Je trouve ça…touchant. C’est agréable de voir que ma situation l’affecte, et apaisant de m’ouvrir à quelqu’un après des années de silence. 

 

O Roméo ! Roméo ! Pourquoi es-tu Roméo ? Étrange début de chronique me direz-vous ? Et bien pas tant que cela puisque Tillie Cole revisite le dramaturge de Shakespeare de manière assez déroutante.

Sweet Home est une ode à la vie, une ode à l’amour et au lien puissant qui unit deux personnes. Molly et Roméo pourraient sans aucun doute rejouer plusieurs scènes de la pièce des amants maudits tant leur passé est marqué par la douleur, tant la souffrance imprègne leur vie, tant leur destin semble semé d’embûches. Ce couple que tout oppose va devoir franchir les obstacles un à un, faire fi de la haine, passer outre la jalousie des autres pour entrevoir l’espoir tant attendu. Ils sont l’image même de l’amour véritable celui qui soulève des montagnes.

Ce roman possède énormément de qualité à commencer par les émotions brutes qu’il provoque chez le lecteur, la facilité avec laquelle il nous fait passer d’un extrême à l’autre. La profondeur des personnages est captivante tant ils sont assaillis de sentiments conflictuels. De la colère à la culpabilité en passant par le désir, Molly et Roméo sont submergés par leurs sens. Mais ce qui fait la beauté du récit c’est la manière dont malgré les épreuves ils comblent chacun le manque de l’autre, s’accrochent et souffrent ensemble, liés envers et contre tout.

Ce livre est truffé de références faites à tragédie de Shakespeare. Tillie Cole a rempli son récit de citation, poussant son admiration pour le poète jusque dans les noms de ses personnages. J’ai beaucoup aimé toutes ces petites touches apportées au texte et les correspondances que l’on peut faire avec le célèbre couple durant la lecture.

Néanmoins, il y a un gros point noir, de ceux qui sont rédhibitoires pour moi, il s’agit de la vulgarité dans les dialogues. Au début, j’ai trouvé que ça apporté une image assez réaliste au contexte dans lequel ils évoluent jusqu’à ce que Cass entre en scène et que je me retrouve à redouter ses répliques. C’est la principale raison pour laquelle je n’ai pas mis de coup de cœur à ce tome.

Heureusement, ce n’est qu’une infime partie du roman, car l’intensité du lien entre Molly et Roméo reprend très rapidement ses droits. Je suis restée bouche bée face à la perfidie de certains personnages, face à la cruauté et la violence dont ils ont pu faire preuve et je suis extrêmement sensible de la façon dont l’auteure à aborder le thème de la maltraitance. Cette histoire a remué énormément de choses en moi.

Sweet Home est un livre qui se ressent, qui se vit avec ses tripes tant il nous déstabilise. Je suis juste déçue par le manque de tact dans les discussions qui vont un trop loin à mon goût. Cependant, je reste subjuguée par le talent de Tillie Cole dont j’ai hâte de découvrir le prochain opus consacré au point de vue de Roméo en personne.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire