KGI, Tome 9 : Silence Brisé. Maya Banks

Eden est une des plus belles femmes au monde. Elle fait la couverture de tous les magazines mais sa gloire et sa beauté suscitent la convoitise : des personnes mal intentionnées la traquent. Missionné pour la protéger, Swanson porte encore les marques de son passage en Afghanistan où il a été blessé. Complexé par son apparence, il ne s’autorise pas à rêver à Eden. Et pourtant, il y a quelque chose dans la beauté placide de la jeune femme qui l’embrase et lui donne envie de se surpasser. Ce couple hors du commun réussira-t-il à surmonter les préjugés dont l’un et l’autre sont victimes ?

Date de sortie : 24/02/2017

Editions : 

Prix : 7e90 en broché et 5e99 en numérique

KGI fait partie de ces sagas dont je me repais de chaque tome. Chaque nouvelle sortie apporte une toute nouvelle histoire qui s’entremêle délicieusement avec les précédentes. Je suis une addict de la première heure malgré les petits défauts du précédent opus. C’est donc avec impatience que j’attendais de me lancer à la découverte de Silence brisé.

La première chose que j’ai écrite sur mon carnet de notes a été : La Belle et la Bête version moderne, car c’est exactement à cela que la présentation des personnages m’a fait penser. Je ne vous cache pas que Swanny n’est pas celui dont j’attendais le récit. Cependant, ce tome m’a prise au piège de la première ligne au point final.

Eden Sinclair est une star des podiums. Adulée dans le monde entier, elle garde cependant les pieds sur terre grâce à son père et ses frères. C’est tout simple, elle n’a aucun défaut. Je vous jure, je n’ai jamais vu une héroïne aussi douce, aussi aimante et aussi compréhensive qu’Eden sans tomber dans la niaiserie totale. Sa gentillesse est pimentée par une volonté farouche. C’est avec détermination qu’elle mène sa carrière et sa vie. Je dois dire qu’elle m’a agréablement surprise durant cette lecture. Eden est une personne profondément humaine à laquelle on s’attache rapidement.

Daryl Swanson, alias Swanny, vit dans les souvenirs traumatisants de sa captivité dans les montagnes afghanes. Totalement défiguré par ses bourreaux, il n’est plus que l’ombre de lui-même refusant de croire que les femmes puissent le trouver attirant. Après avoir fait une croix sur sa vie sentimentale, il se consacre à sa nouvelle famille, les Kelly, et à son travail au KGI. Douée dans ce qu’il fait, Swanny est un homme calme, qui ne parle jamais pour ne rien dire. Il est également doté d’un instinct infaillible qui a permis à son équipe de se sortir plus d’une fois de situations délicates. Son vécu fait de lui un personnage fort que j’aurai aimé décortiquer un peu plus.

Commençons par ce que je retiens de positif dans l’histoire. Tout d’abord l’évolution d’Eden qui au contact de Swanny va indéniablement prendre le taureau par les cornes. Sa franchise est rafraîchissante, elle permet de sortir cet homme de sa zone de confort. Par ailleurs, le bien-être de la jeune femme est mis au centre de l’histoire. Malgré les barrières que Daryl érige entre eux, elle éveille en lui des instincts primaires qui donnent vie à une attirance vive, tangible. C’est un véritable brasier qui n’attend qu’une étincelle pour s’enflammer. À côté de cela, ce sont les doutes de Swanny qui partagent le devant de la scène. En effet, dû à son manque de confiance en lui, il se pose beaucoup de questions. C’est intéressant de voir qu’ils partagent les mêmes peurs, les mêmes appréhensions sur la nature de leur relation.

Passons aux points négatifs. Il m’a fallu du temps pour entrer dans l’histoire, car malgré la courte période du récit, l’auteure nous présente de nouveau des personnages que l’on connait déjà bien. Les descriptions sont interminables et m’ont donnés un goût de déjà vu. Cela instaure une longueur dès le départ du livre, c’est dommage. Autre point qui fait que je ne mettrai pas de coup de cœur sur ce tome : le manque d’action. Ce qui m’a attirée dans cette saga c’est justement le savant mélange entre amour et intrigue. Ici, malgré la magnifique histoire que l’on découvre, le scénario est long à se mettre en place. Il me laisse un sentiment d’inachevé. J’espère que Maya retrouvera cet équilibre qui a fait la réussite de cette saga.

J’ai passé un vrai bon moment avec cette histoire, même si j’aurai aimé approfondir certains points. Eden et Swanny ont su me charmer par la profondeur de leur sentiment. Le récit, bien qu’à la troisième personne, est bien mené. Maya Banks a toujours su m’embarquer dans ces histoires. J’attends avec impatience le prochain opus consacré à l’énigmatique Hancock. Sortie cet été en principe.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire