Blood Line, Tome 2 : Light. Kessilya

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Light Lovegood n’est pas une jeune femme comme les autres. Un brin folle, toujours très direct, elle aime surprendre et être là où on ne l’attend pas.

L’Amour, elle connait. Elle l’a vécu, s’est cassée les dents dessus et s’est jurée de ne plus jamais retomber dans les filets du célèbre batteur des Blood Line. Pourtant, quoi qu’elle fasse, tout semble toujours la ramener vers le beau Kerian.

Tout ? Pas tout à fait. Un grain de sable vient gripper les rouages et il a un nom : Raphaël.

À l’opposé de tout ce qu’elle a toujours cherché chez un homme, le séduisant médecin parviendra-t-il à lui faire oublier ses aprioris tout en sauvant Cerise, sa meilleure amie, de son tragique destin ?

Quand l’Amour sonne comme une double évidence, quand l’amitié nous porte au-delà de nous-même, quand notre cœur est tiraillé de telle manière qu’il nous devient impossible de respirer sans souffrir, que peut-il bien nous rester ?

Date de sortie : 07/02/2017

Editions : 

Prix : 13e99 en broché et 4e99 en numérique

Je ne savais pas à quoi m’attendre avec Light, vraiment, car lorsque j’ai lu le résumé et que j’ai entraperçu un triangle amoureux, je me suis fait la réflexion que ce n’était pas pour moi. J’ai eu de mauvaises expériences dans le genre et ce n’est pas quelque chose qui me fait fantasmer au quotidien. Mais voilà, Kessilya a rétabli l’ordre des choses avec une histoire qui m’a secoué. Elle a joué avec mes nerfs, a ébranlé mes certitudes et a réussi à semer le doute jusqu’à la dernière minute.

Light est l’image même de la femme forte et indépendante. Elle prend sa vie en main, refuse de se laisser abattre. Dotée d’une détermination et d’une volonté hors du commun, elle est celle que l’on appelle lorsque tout va mal, celle qui éclaire l’existence et aide les autres à se remettre en selle. Cependant, ce qui m’a particulièrement touchée chez elle c’est la vulnérabilité dont elle fait preuve lorsque les siens sont en danger. C’est à ce moment-là que l’on aperçoit la véritable Light, celle qui fonce tête baissée, celle qui se remet en question et qui n’hésite pas à affronter les problèmes qui se présentent à elle. J’ai vraiment été captivée par sa personnalité et surtout l’amour inconditionnel qu’elle porte à son entourage.

Chose exceptionnelle, je ne vous parlerai ni de Kerian ni de Raphaël, car il serait trop facile de vous donner des indications sur la tournure de l’histoire. Sachez simplement qu’ils sont tous les deux intéressants par leurs différences et leur façon d’appréhender les choses. L’un comme l’autre ont fait vibrer ma corde sensible tout comme chacun à sa manière va chambouler le monde de Light.

Kessilya a construit son histoire sur la base peu évidente de la maladie. Elle a rassemblé ses personnages autour d’événements douloureux ce qui m’a fait verser quelques larmes. La cohésion de groupe, la nature même de cette amitié sans faille m’a bouleversée. Lorsque la réalité les percute, c’est ensemble qu’ils font front et se soutiennent. Toutes les émotions prennent alors le dessus. C’est ainsi entre rage, peine, douleur et espoir que l’on oscille plongé dans un récit des plus poignants.

J’ai beaucoup aimé ne pas pouvoir anticiper les choses. J’ai apprécié de me laisser porter par le moment présent. Cela m’a permis de prendre le temps de bien cerner les personnages et leur ressenti. Je me suis attaché à chacun d’entre eux.

Ce second tome nous prouve que la limite entre l’amour et la haine est bien mince. Il sème le trouble dans notre esprit, mais nous pousse également à vivre notre vie comme on l’entend. Ne dit-on pas qu’il vaut mieux vivre avec des remords plutôt qu’avec des regrets ? Cet adage prend tout son sens dans cette histoire à fleur de peau que je vous recommande vivement.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire