Double Je, Tome 1 : Aaron. Yan Robel

double-je-tome-1-aaron-846160-264-432

resume2

Je ne sais pas trop comment vous raconter mon histoire. Elle est en même temps évidente et étonnamment compliquée. Peut-être que la plupart d’entre vous me prendront pour un fou ou un original. Mais, je ressens l’envie incontrôlable de coucher ces mots sur le papier et vous faire vivre le moment où ma vie s’est retrouvée totalement chamboulée. Toutes mes habitudes et toutes mes certitudes ont volé en éclats. J’ai dû me remettre en question et je suis maintenant une personne différente. Laissez-moi vous entraîner au tout début de cette aventure. Là où je n’étais encore qu’un homme macho, imbu de sa personne et obsédé par la gloire…

Date de sortie : 29/10/2016

Editions : butterfly

Prix : 3e99 en numérique

extrait1

doubleje

avis1

servicepresse1

Double Je est le genre d’histoire dont il est difficile de parler sans trop en dire et donc d’autant plus compliqué pour moi d’en faire une chronique. Non pas que je n’ai pas aimé bien au contraire, c’est tout simplement qu’une multitude de choses arrive et que tous ces évènements sont liés entre eux pour former un roman déroutant, palpitant bourré de rebondissements.

En débutant ma lecture, j’ai tout d’abord trouvé Aaron trop sûr de lui, trop arrogant. Il a basé sa vie sur l’image de la perfection qu’il incarne. Il a tout : la beauté, l’argent, la reconnaissance. Ce fût donc un moment assez jouissif de voir ce que Yan Robel lui a réservé. Le mauvais karma, une malédiction, peu importe le nom, le principal c’est de voir à quel point il va se retrouver déstabilisé par la situation, à quel point ce qui lui arrive va remettre toute son existence en perspective.

À partir de ce moment là, poussé par sa condition, il va ouvrir les yeux, prendre conscience de ses erreurs et va devoir effectuer un gros travail de remise en question. Son évolution ne se fera pas sans mal. Les doutes, les regrets, les remords vont prendre le pas sur l’idéalisation qu’il se faisait des choses et je dois dire que ce côté de sa personnalité m’a beaucoup plu car loin de se laisser démonter, il fera tout pour avancer et rectifier la manière dont il traitait les personnes qui l’entourent. Son comportement est d’autant plus émouvant qu’au fil de l’histoire on découvre son enfance grâce à quelques flashbacks bien disséminés. On prend alors conscience de la pression et des espoirs qui ont été placés en lui, de tout ce qui a forgé son caractère.

La romance est bien présente et m’a ravie. Tout d’abord, confus, les sentiments grandissent, s’amplifient malgré eux. Leur histoire est jonchée d’obstacles mais on se prend à rêver de jours meilleurs et de bonheur. Ce que j’aime dans ce livre c’est qu’à côté des changements effectifs chez Aaron, Yan Robel fait appel à notre ouverture d’esprit. Il nous parle d’émotions pures, de dépassement de soi, de confiance en l’autre. Tant de valeurs sincères qui font d’un amour celui d’une vie.

Le fantastique a également toute sa place dans le récit. Il est d’autant plus présent au fur et à mesure des chapitres. La direction que prend le roman est surprenante, déconcertante mais tout à fait raccord avec l’ambiance du livre et ce que l’on attend de l’histoire. Je vous avoue que j’ai même eu quelques frayeurs à certains moments comme si je voyais moi aussi ce présage sans nom. Bref il est vrai que j’ai beaucoup apprécié le plus que cela apporte à l’histoire.

Je tiens avant tout à vous dire que si ce roman vous fait envie, foncez, mais surtout faites tomber vos barrières sur les préjugés que vous pourriez avoir. Ce roman est unique et il est impératif de garder l’esprit ouvert à tout ce qu’il apporte et ne pas s’arrêter sur des à priori. Voilà j’espère avoir réussi à vous transmettre toutes les choses qui se sont passées dans ma tête lors de cette stupéfiante lecture. En tout cas, je serai présente pour le tome 2 !

note1

note5

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire