La cour des grandes. Adèle Bréau

la-cour-des-grandes-780008-250-400

resume2

Quatre amies dans le Paris branché et bobo du 9e.
Mathilde est cadre dans une grosse firme pleine de mâles qui l’attendent au tournant. Mère de deux petits garçons, elle jongle avec les emplois du temps dans une culpabilité constante.
Son amie Alice seconde un restaurant en vue de la capitale et peine à se remettre de sa séparation, malgré le soutien de son ado. Lucie, leur richissime comparse, à la tête d’une famille nombreuse, est obsédée par la bonne tenue de son bonheur conjugal. Quant à Eva, la quatrième, elle rêve de devenir mère elle aussi.
De leurs cahiers de texte de collégiennes à leurs plannings surbookés, ces working mums sont entrées sans s’en rendre compte dans la cour des grandes. Héroïnes made in France, elles ne rêvent plus de prince charmant, de robe meringuée et d’alliances. Elles n’ont plus le temps de rêver. Crèche, école, courses, babysitters, vie sexuelle, carrière, enfants malades, corps qui fout le camp, premières rides et petits flirts, elles tentent simplement de maîtriser le tourbillon insensé qui les emporte depuis qu’elles ont dit oui.
Dans un Paris de comédie romantique, ces équilibristes à l’aube de la quarantaine rient, explosent, galèrent, textotent, aiment et espèrent, car au fond les mères de famille auront toujours quinze ans. Leur vie ne fait que commencer.

Date de sortie : 18/05/2016

Editions : ldp

Prix : 8e10 en poche

extrait1

cour

avis1

servicepresse1

Quatre amies, quatre vies mais,  une amitié solide qui se renforce avec le temps. Voici ce que nous propose Adèle Bréau dans La cour des grandes.

Je dois vous dire qu’avant tout c’est la couverture qui m’a attiré, le côté très girly, pétillant, pleine de pep’s. Puis le résumé a pris le relais pour succomber à cette lecture.

J’ai été très agréablement surprise. On se laisse emporter avec beaucoup de facilité à travers la vie de nos quatre “presque” quadras. Des femmes attachantes, des wonder-woman des temps modernes qui concilient tout en même temps. Des “nous” en quelque sorte. Car oui je dois vous dire que je me suis pas mal reconnue dans ce quotidien tiraillé entre les couches, les horaires, le travail et les responsabilités qui nous submergent. Ce quotidien qui peut nous rendre folle. Chacune d’entre nous pourrait être une Alice, une Mathilde, une Lucie ou une Eva et ça, je l’ai beaucoup apprécié durant ma lecture.

Cependant, oubliez le prince charmant des contes de fées. Adèle dresse des portraits de couples assez défaitistes et on s’éloigne beaucoup d’un chick-lit auquel la couverture pourrait  faire penser.

C’est un livre divertissant, agréable avec une écriture dynamique de qualité. Un livre pétillant, bourré d’humour parfait pour se glisser dans votre valise de vacances. Il ne vous reste plus qu’à vous laissez emporter par la vague de la cour des grandes.

note1

50

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire